NAVIGATION
Focus sur le programme POPSU Territoires

L’aménagement du territoire évolue et se structure à partir de travaux de recherche aussi nombreux que poussés. Parmi les programmes de recherche, la démarche POPSU Territoires se montre remarquable à bien des égards. Vous avez en charge la gestion du patrimoine de votre clientèle et souhaitez comprendre les nouveaux axes de réflexion en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire ? Notre article fait le point, pour vous, sur le programme POPSU Territoires.

Les objectifs initiaux du programme POPSU Territoires

Le programme POPSU Territoires a pour objectif principal d’étudier les communes à faible population et les aires d’habitation en milieu rural. Composé d’une quinzaine d’équipes de chercheurs, il va s’agir d’analyser et d’interroger les mutations territoriales en cours.

Ce programme de recherche a également comme vocation d’alimenter les décisions publiques. Ainsi, en fonction des résultats d’analyse, de nouveaux dispositifs légaux et financiers pourraient voir le jour.

Le sigle POPSU signifie “Programme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines”. Le programme POPSU Territoires se concentre alors sur plusieurs axes de réflexion :

  • La question de l’attractivité de certains territoires, notamment en matière commerciale, touristique ou de lutte contre le mal-logement.
  • L’adaptation des petites communes aux changements, qu’ils soient alimentaires, agricoles, climatiques ou énergétiques.
  • L’évolution du rôle des habitants en développant les projets participatifs où chacun devient actif et acteur de son territoire.
  • Enfin, la problématique du rôle et de la place des petites communes dans le maillage territorial, rejoignant la thématique de leur complémentarité avec des organismes publics.

 

Focus sur quelques territoires de recherche remarquables

Le programme de recherche vient étudier et lancer des actions sur un certain nombre de territoires. Nous avons sélectionné quelques exemples emblématiques de cette démarche et les spécificités qu’il convient d’intégrer.

Volonne et son écoquartier participatif

La commune de Volonne, située en PACA, fait partie du programme POPSU Territoires pour son travail de réflexion autour de son écoquartier. Il s’agit, dans cette commune, d’interroger le lien entre l’écoquartier et la structuration d’initiatives portées par les habitants. Dans ce contexte, le rôle de la collectivité est d’accompagner ces projets citoyens sans les brider tout en fixant un cadre à respecter. À Volonne, l’objectif est de voir un écoquartier comme la première étape vers la constitution d’un “village participatif”.

Martel et son tourisme local

Les enjeux touristiques deviennent de plus en plus forts, y compris en zone rurale. La commune de Martel, en Occitanie, cherche alors à développer et à penser de nouvelles manières d’accueillir des touristes. Il va s’agir de réfléchir aux équipements permettant d’attirer des flux saisonniers de populations dans des territoires où la densité demeure extrêmement faible. Le développement d’un tourisme rural a non seulement une incidence économique, mais vient donner davantage de valeur aux biens immobiliers présents.

Guingamp et la question de l’habitat

Même si les logements insalubres ont fortement diminué ces dernières décennies, il existe encore des problématiques de mal-logement à travers la France. La commune de Guingamp, en Bretagne, cherche à comprendre les dynamiques de “vulnérabilité résidentielle” afin d’apporter des solutions utiles pour les habitants. La lutte contre les formes de précarité en matière de logement est un axe central de réflexion pour redonner une dynamique à un bassin de vie.

La Communauté de Commune de Haute-Bigorre et la transition énergétique

La question énergétique, de son utilisation et des nouveaux moyens de production sont des thèmes profondément d’actualité. La Communauté de Communes de Haut-Bigorre, en Occitanie, a donc décidé d’interroger la transition énergétique afin de la rendre réelle à l’échelle d’un territoire. Il s’agit alors d’articuler des projets citoyens avec des innovations industrielles. La mise en œuvre de la transition énergétique devient alors un formidable levier pour accroître l’attractivité d’un territoire en le rendant plus résilient.

La Communauté de Communes du Pays des Ecrins et le changement climatique en montagne

Située en PACA, la Communauté de Communes du Pays des Ecrins subit directement les conséquences du dérèglement climatique. L’objectif est alors d’étudier les possibilités et les opportunités qui s’ouvrent pour la montagne de demain. Loin d’être marginale, la question de l’économie de la montagne est centrale pour de nombreuses communes voisines. En cas de bouleversements climatiques, c’est toute l’attractivité d’un territoire qui pourrait se retrouver menacée.

Thizy-les-Bourgs et la question de la revitalisation

Comme pour la ville de Guingamp, la commune de Thizy-les-Bourgs (Auvergne – Rhône-Alpes) vient également étudier la thématique de la revitalisation territoriale. Contrairement à Guingamp, ce champ d’études ne va pas se concentrer sur le mal-logement, mais sur les équipements présents dans l’espace public. Le programme de recherche POPSU Territoires va alors travailler sur le thème de la revitalisation par le prisme de l’accessibilité. Il va s’agir de réfléchir aux moyens de rendre une commune attractive en la rendant accueillante aux populations âgées, aux personnes en situation de handicap ou aux foyers en réinsertion professionnelle. Cet axe de réflexion vient alors modifier les futurs programmes d’aménagement.

Le Parc Naturel Régional Baronnies Provençales et son rôle territorial

L’objectif de cet axe d’étude est, dans ce cas de figure, d’interroger la santé et le bien-être des habitants au sein d’un bassin de vie. Le contexte du Parc Naturel Régional Baronnies Provençales se prête idéalement aux travaux de recherche du programme POPSU Territoires. Ainsi, il convient de questionner les différentes formes de réciprocité entre les communes voisines et leurs rapports avec la campagne. Les travaux veulent identifier des leviers permettant de s’appuyer sur le Parc Naturel Régional afin d’en faire un outil de coopération et d’échanges entre différentes communes.

La Vallée de la Roya et la question environnementale

Certains territoires sont plus fragiles que d’autres vis-à-vis des risques de catastrophes naturelles. Il s’agit alors de développer et de bâtir des équipements permettant de faire face aux difficultés. La Vallée de la Roya, située dans les Alpes-Maritimes, souhaite répondre à la crise environnementale autant qu’à son isolement. Les questions des coopérations et des nouveaux investissements dans le ferroviaire émergent alors et permettent d’imaginer de nouvelles perspectives.


Toutes les actualités