NAVIGATION
Comment gérer le patrimoine de ses clients en période d'incertitudes ?

Le marché de l’immobilier a subi, en 2020 et également pour 2021, des soubresauts qui tendent à bouleverser les habitudes d’acquisition. Dans ce contexte, il peut être complexe d’assurer la gestion du patrimoine de sa clientèle. Ce patrimoine peut, en effet, gagner en valeur rapidement comme en perdre brutalement. Vous êtes conseiller en gestion de patrimoine et souhaitez identifier les facteurs d’incertitudes du marché ? Notre article détaille, pour vous, les éléments à intégrer.

Immobilier : un marché à la croisée des chemins

La crise sanitaire est venue percuter le marché de l’immobilier jusque dans ses certitudes les plus profondes. En effet, avec l’arrivée de crises sanitaires et de potentiels reconfinements, les besoins d’espace sont plus marqués. Le lieu de vie domestique apparaît alors comme un refuge qu’il convient de choisir avec soin.

Ainsi, la crise sanitaire du Coronavirus pourrait profondément changer les souhaits et volontés des acquéreurs. Délaissant les grandes métropoles, beaucoup de ménages pourraient décider de s’installer dans des villes moyennes ou dans la périphérie rurale. Par ailleurs, le développement du télétravail tend à rendre possibles ces changements de lieux d’habitation.

A contrario, la crise sanitaire risque de provoquer également une crise économique. Or, en période d’incertitudes sur le front de l’emploi, les actifs privilégient plutôt les bassins d’activité comme les grandes métropoles. Ces dernières pourraient alors conserver leur attractivité et les prix pourraient alors rester élevés.

Ainsi, en résumé, le marché de l’immobilier demeure plein d’incertitudes, à la croisée des chemins entre baisse brutale de l’attractivité des métropoles et maintien du phénomène structurel de concentration des emplois et services dans des aires urbaines denses.

Les tendances de l’immobilier en quelques chiffres

Afin de bien appréhender les incertitudes qui pèsent sur le marché de l’immobilier, il convient de mettre en avant quelques chiffres évocateurs. Ainsi, selon l’INSEE, les effets de la crise sanitaire commencent à se faire sentir. Les prix des logements anciens ont connu, en France, une augmentation continue depuis 2016. Le troisième trimestre 2020 marque, quant à lui, une baisse de l’augmentation des prix laissant envisager une stagnation des prix.

Par ailleurs, entre le troisième trimestre 2019 et le troisième trimestre 2020, les prix des maisons anciennes ont connu des évolutions qui interrogent. Ainsi, les villes du Sud de la France (Toulouse, Aix-Marseille, Montpellier) ont vu les prix baisser alors que les villes comme Lille, Nantes ou Lyon ont vu les prix augmenter.

La tendance actuelle ne semble pas être favorable à la vente de biens anciens. Dans le même temps, les loyers perçus sont en augmentation, traduisant un dynamisme rassurant sur ce point. Cette augmentation est même plus marquée dans l’agglomération parisienne, ne laissant pas présager une fuite massive des grandes villes.

Enfin, la France se situe dans une position particulière. Les statistiques semblent indiquer que le marché du neuf va se stabiliser dans les prochaines années alors que les constructions de logements demeurent fortes. Une augmentation de l’offre sans une demande qui suit va, fatalement, faire chuter les prix des logements neufs.

Nos conseils pour gérer le patrimoine de sa clientèle

Les incertitudes du marché viennent créer des questionnements avec, souvent, des décisions à prendre. Ces décisions peuvent être lourdes de conséquences et avoir des répercussions sur la valeur du patrimoine de sa clientèle. Toutefois, il existe des éléments à prendre en compte pour gérer au mieux cette période de fluctuations.

La question du télétravail

Le télétravail n’est pas une modalité de réalisation des missions qui est apparue lors de la crise sanitaire. Depuis quelques années, le télétravail se développe de manière structurelle bien que limitée. Le confinement du printemps 2020 a donné un coup d’accélérateur au télétravail et a permis de tester cette pratique à grande échelle.

Toutefois, malgré un retour prévisible à la normale, le télétravail ne devrait pas s’éteindre. Ainsi, les biens immobiliers situés dans des petites et moyennes villes et proches de la nature devraient garder une certaine valeur. Enfin, il convient de souligner que le télétravail s’accompagne, parfois, de jours de présence physique en entreprise. Un bien immobilier doit donc rester proche des axes desservant les grandes métropoles (autoroutes, trains, etc.).

La question de l’isolation du bien

En second point, les performances énergétiques d’un bien immobilier font également partie d’un développement structurel. Les acquéreurs recherchent, de plus en plus, des biens dont l’isolation est optimale.

Ainsi, qu’importe l’évolution du contexte, les biens immobiliers dont les consommations énergétiques sont basses vont conserver un pouvoir d’attraction plus important. Avec le télétravail et l’augmentation du temps passé à son domicile, la question de la facture énergétique devient essentielle.

La question des espaces de vie

Les confinements en France ont forcé les ménages à rester à leur domicile. Or, ce confinement à domicile est différemment vécu en fonction de la qualité et du confort de l’habitat. Il ne s’agit pas uniquement d’espaces et de superficie dans la mesure où certains arrivent à avoir une ambiance cocooning dans un petit logement.

Ainsi, afin d’accroître la valeur d’un bien immobilier, il est conseillé de repenser l’aménagement intérieur de l’habitat. Les espaces de vie doivent être agréables, avec une décoration moderne permettant de s’y projeter et protégés des nuisances sonores extérieures.

La question des écoquartiers

Ces quartiers, nouvellement construits, reposent sur un accès direct à des espaces de nature tout en proposant des biens aux performances énergétiques inégalables. Par ailleurs, les écoquartiers sont souvent situés en centre-ville et donc idéalement positionnés dans les bassins d’emplois.

L’investissement dans les écoquartiers demeure donc une valeur sûre pour un propriétaire. Par ailleurs, il est possible de se tenir au courant des futurs projets de construction d’écoquartiers si l’on souhaite réaliser un investissement sans risque.

En conclusion : la gestion du patrimoine

Comme nous venons de le voir, certains logements vont le plus pâtir des évolutions comme de la crise sanitaire. En résumé, pour assurer une gestion optimale du patrimoine de sa clientèle, il convient d’intégrer autant de facteurs liés au contexte que les évolutions à plus long terme. Toutefois, le marché de l’immobilier ne semble pas manifester, pour le moment, de bouleversements en défaveur des métropoles.


Toutes les actualités