NAVIGATION

 

 

Le confinement, en France, ouvre une période d’incertitudes qui peut amener des inquiétudes. Vous voulez en savoir davantage sur votre crédit immobilier en cours ? Il existe des modalités permettant d’aménager le remboursement de son crédit immobilier. Notre article vous donne notre point de vue expert.

 

Les enjeux économiques du confinement

Le confinement correspond à la stratégie sanitaire pour lutter contre la propagation du coronavirus. Le gouvernement français a mis en place cette politique depuis le 17 mars 2020. Le confinement a donc un impact réel sur les activités économiques puisque les secteurs non essentiels doivent s’arrêter.

Dans le domaine immobilier, le confinement a donc des répercussions directes :

  • L’arrêt de certains chantiers. Ceux-ci vont alors accuser un retard, ce qui risque de poser des problèmes pour les futurs acquéreurs.
  • L’arrêt ou le report des visites de logements. En effet, il est difficile de réaliser des visites en respectant les gestes barrière et la distanciation physique.
  • La réduction des investissements et des achats. Dans cette période d’incertitude, nombreux sont les particuliers qui attendent de voir l’évolution du marché avant de démarrer des opérations financières.

Même si le gouvernement a mis en place un dispositif de chômage partiel, la perte de revenus peut être réelle pour certains ménages. Ainsi, le remboursement du crédit immobilier peut représenter une dépense contrainte particulièrement difficile à supporter.

La question du crédit immobilier et des crédits en cours

Ainsi, dans ce contexte, un particulier peut avoir des inquiétudes sur sa situation actuelle et/ou future. En effet, le manque de visibilité dans le temps atteint la confiance de chacun. Or, la confiance est une donnée essentielle en matière d’économie. Les ménages sont donc plus réticents à s’endetter et sortir des sommes d’argent importantes lorsque l’avenir demeure flou.

Avec 1 089 milliards d’€ d’encours bancaires sur le secteur immobilier, le confinement et la crise économique représentent alors un enjeu de taille. En effet, le surendettement des ménages conduit à l’impossibilité de rembourser, ce qui provoque la faillite d’établissements bancaires.

Comme nous le verrons plus bas, ces chiffres illustrent à quel point les organismes bancaires peuvent avoir intérêt à aménager certains crédits immobiliers. En effet, il est plus avantageux, pour la banque, de réduire provisoirement les montants perçus plutôt que de perdre la totalité des sommes restant à rembourser.

Les cas possibles permettant de négocier son remboursement

Il convient de préciser que la renégociation d’un crédit immobilier reste une opération relativement courante. Néanmoins, le crédit procède généralement d’un accord contractuel entre un acheteur et un organisme bancaire. Cela signifie que la renégociation n’est possible que si l’ensemble des parties accepte de modifier le contrat initial.

Étant donné que la renégociation s’opère rarement à l’initiative et à l’avantage de la banque, il est alors nécessaire de préparer ses arguments. En effet, un organisme bancaire n’acceptera pas la baisse des intérêts sous le simple motif qu’ils sont trop élevés. Il existe alors plusieurs configurations possibles :

  • L’emprunteur ne souhaite pas négocier son taux d’intérêt, mais seulement sa durée de remboursement. Celle-ci peut être raccourcie, mais, en règle générale, les emprunteurs choisissent d’étaler dans le temps le remboursement. Les mensualités sont alors plus faibles, mais le montant total reste identique.
  • L’emprunteur fait jouer la concurrence sur les taux d’intérêt et décide de changer d’interlocuteur. Il peut alors opter pour le rachat de crédit par un autre organisme habilité. Il est toutefois essentiel de bien prendre en compte les conditions du nouvel organisme. Il arrive que le rachat de crédit immobilier se fasse au détriment de l’emprunteur.
  • La renégociation du crédit immobilier pour en aménager le paiement du fait d’une perte de revenus. L’organisme bancaire étudie alors le dossier afin de déterminer les pistes de solution.

Concernant le dernier point, cette perte de revenus peut résulter d’un changement individuel de situation. Néanmoins, avec la crise sanitaire du coronavirus, de nombreux ménages subissent ce contexte. Ainsi, les dispositions pour aménager son crédit immobilier apparaissent comme plus accessibles puisque les emprunteurs ne sont pas responsables de l’évolution de leur situation.

Ainsi, il est important de prendre en compte la totalité de ces enjeux pour réussir à aménager son crédit immobilier. Cela commence par la préparation du rendez-vous avec son conseiller bancaire.

Les enjeux du rendez-vous avec la banque

Ainsi, avant de prendre rendez-vous avec son organisme bancaire pour aménager son crédit immobilier, il est nécessaire de :

  • lire attentivement et dans le détail le contrat relevant de cette opération ;
  • garder à l’esprit les taux et montants appliqués ;
  • réfléchir à des scénarios pour négocier efficacement.

Le rendez-vous avec la banque est semblable à un entretien professionnel dans le cadre d’une négociation commerciale. Il est indispensable de disposer de toutes les informations afin de se rapprocher au plus près de son objectif. Il faut réussir à bâtir un argumentaire et des pistes de solutions acceptables par l’organisme bancaire.

Coronavirus : aménager son crédit immobilier

Afin d’obtenir un aménagement de son emprunt, il est nécessaire de vérifier l’existence de la clause de modularité. En effet, comme nous l’avons vu plus haut, la consultation de votre contrat peut vous aider dans ce sens. Cette clause permet donc une suspension temporaire des paiements.

Il est important de souligner que cette suspension peut revêtir plusieurs formes. Ainsi, vous pouvez opter pour :

  • Le report d’une partie des frais liés au crédit immobilier. L’emprunteur peut décider de ne reporter que le remboursement du capital en ne payant que les intérêts associés.
  • Le report complet de toutes les mensualités.

En règle générale, le report est beaucoup plus facile à obtenir que l’annulation pure et simple. Le report ne suppose pas de perte d’argent pour l’organisme bancaire, plus enclin à choisir cette option. Néanmoins, cela revient à repousser les problèmes à plus tard et implique d’avoir des mensualités plus élevées d’ici quelques mois.

Enfin, nous conseillons de prendre rendez-vous rapidement avec son organisme bancaire pour étudier toutes les possibilités. Il est important de ne pas attendre le dernier moment.


Toutes les actualités