NAVIGATION
Protocole Sanitaire

Depuis le 28 novembre, et malgré le confinement décrété dans 16 départements le 20 mars dernier, les visites immobilières ont repris pour les résidences principales. Mais pour la protection des agents, des vendeurs et des potentiels acheteurs ou locataires, le respect d’un protocole sanitaire strict est imposé.

Un protocole sanitaire strict pour permettre le maintien de l’activité

Afin de permettre la poursuite de l’activité des professionnels de l’immobilier en garantissant la sécurité des salariés et des clients, le gouvernement, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) et les organisations patronales et syndicales ont adopté à l’unanimité un protocole sanitaire pour les visites.

Pour minimiser le nombre de visites, la sélection des candidats doit être plus rigoureuse. À cet effet, la plupart des agences proposent notamment une présentation « virtuelle » préalable du bien en vidéo. Ainsi, seules les personnes réellement intéressées sont retenues pour aller le voir de visu.

Durcissement des règles pour l’organisation de visites physiques de logements

Certaines consignes ont été durcies afin de renforcer la sécurité de toutes les parties. Les visites physiques sont uniquement possibles sur rendez-vous, avec information par écrit pour le mandant de la date et de l’heure de la visite. Le professionnel fournit alors à son client un « bon pour visite » signé électroniquement qui permet à ce dernier de justifier son déplacement.

En outre, une visite unique par demi-journée, d’une demi-heure au maximum, est permise et seuls un négociateur immobilier et un candidat locataire ou acheteur peuvent se trouver dans le logement, qui aura été aéré pendant au moins 15 minutes avant leur entrée. Il n’est donc pas possible de planifier des visites rapprochées avec des candidats qui patientent dans le hall ou dans l’escalier.

Les modalités de déroulement de la visite doivent être adressées par messagerie électronique au préalable au visiteur, et le cas échéant à l’occupant. Le document rappelle notamment les gestes barrières et règles de distanciation sociale classique, ainsi que les conditions spécifiques auxquelles toutes les parties doivent se conformer.

Des règles sanitaires spécifiques dans les logements occupés

Les déplacements vers le logement à visiter doivent autant que possible être effectués de manière individuelle et en évitant si possible les transports en commun. En cas de partage de véhicule, les surfaces de contact requièrent une désinfection et le professionnel doit mettre des lingettes désinfectantes et du gel hydroalcoolique à la disposition des passagers.

Sur place, tout le monde sans exception doit porter un masque grand public réglementaire et se nettoyer systématiquement les mains au gel hydroalcoolique avant et après la visite. L’utilisation de l’ascenseur est déconseillée. Dans un logement occupé, le négociateur immobilier doit avoir obtenu au préalable l’accord écrit (de préférence par mail) de l’occupant pour la visite. Il est également tenu de s’assurer de l’absence de personnes malades ou ayant une santé fragile.

Par ailleurs, il doit se munir de lingettes désinfectantes destinées à nettoyer les surfaces pouvant être des vecteurs de contamination comme les poignées de porte, les meubles, etc. Si possible, les fenêtres doivent rester ouvertes et leur manipulation éventuelle est réservée à l’occupant.

Au moindre doute, et si le visiteur refuse de se plier à ces règles ou présente des symptômes évocateurs du Covid, le professionnel se réserve le droit d’annuler la visite.


Toutes les actualités