NAVIGATION

Le métier de mandataire immobilier gagne de plus en plus de terrain jusqu’à devenir aujourd’hui un maillon clé dans le domaine. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 12% de segment de marché actuellement détenus par les mandataires. Et le secteur est encore appelé à connaître une remarquable évolution.

Il a en effet été constaté par certains professionnels travaillant dans les agences que le succès des transactions dans l’univers de l’immobilier repose essentiellement sur leurs compétences et qu’ils pourraient toucher un revenu nettement plus intéressant. C’est à partir de ce constat que les premiers réseaux de mandataires ont vu le jour.

Les attributions du mandataire immobilier

Être mandataire immobilier, c’est exercer une activité indépendante en s’appuyant intégralement sur Internet. Vous devenez spécialiste de l’immobilier en télétravail sans agence, pour votre propre compte. En d’autres termes, vous êtes complètement autonome, sans obligation de rapport hiérarchique, sans coût de fonctionnement avec une rémunération à la hauteur de vos efforts. Et la clé de votre réussite se trouve dans l’obtention de bons mandats qui dépendent essentiellement d’une bonne prospection, un aspect que certaines agences conventionnelles négligent en y accordant peu d’importance.

Le mandataire immobilier exerce une profession plutôt attrayante si on la juge sur l’extrême variété des missions qui lui incombent :

• La prospection de biens immobiliers à vendre moyennant divers outils (mailing, relationnel,…),

• L’obtention de mandats, en introduisant ses services ainsi qu’en conseillant la clientèle,

• L’organisation de la promotion du bien et d’une manière plus globale de sa commercialisation,

• Le suivi des clients vendeurs,

• La sélection des acquéreurs potentiels qui se sont manifestés,

• L’organisation de la visite des biens mis en vente, incluant parfois le fait de faire découvrir aux éventuels acheteurs la région concernée,

• Le suivi des clients acheteurs,

• La collecte des propositions d’achat et la présentation de ces offres aux vendeurs,

• L’accompagnement des clients jusqu’à la signature de l’acte

Il en découle qu’un mandataire immobilier doit être doué d’un ensemble de compétences spécifiques.

Notez cependant que ce métier peut réunir des spécialisations différentes comme l’hôtellerie ou la restauration.

Le mandataire sur le plan légal

Les mandataires immobiliers exercent soit sous le statut de salarié en portage salarial soit d’agents commerciaux (Registre Spécial des Agents Commerciaux ou RSAC). Il s’agit de l’unique statut de non salarié autorisé à exercer pour les négociateurs dans l’immobilier.

En ce sens, le mandataire est habilité à représenter un agent immobilier pourvu d’une garantie financière ainsi que d’une carte professionnelle, sans pour autant lui être subordonné. Sur demande de l’agent immobilier, une attestation doit être obligatoirement délivrée par la Chambre de Commerce et d’Industrie au mandataire pour lui permettre d’exercer légalement sa profession. Pour ce faire, le mandataire devra présenter un relevé de casier judiciaire ainsi qu’une attestation d’assurance de responsabilité civile professionnelle ou RCP, rendue obligatoire par la loi ALUR. Les frais d’inscription sont de l’ordre de 20 à 30 euros.

Afin d’entamer les démarches d’inscription au RSAC, un contrat de durée déterminée ou indéterminée, entre l’agent immobilier et le mandataire devra être établi. D’autre part, si vous souscrivez un contrat avec une entreprise spécifique, vous n’êtes pas autorisé à représenter une agence concurrente, sans l’aval de votre mandant.

La rémunération sera consentie librement par les partis signataires avec une possibilité au mandataire de toucher des commissions après échéance du contrat (par exemple pour les mandats de vente conclus avant la rupture du contrat mais la vente n’a été effective qu’après la cessation dudit contrat). Dans la plupart des cas, le mandataire perçoit ses honoraires une fois les actes notariés signés.

Une clause de non-concurrence à échéance du contrat, avec une validité maximale de 2 ans, s’appliquant au rayon géographique, au portefeuille clients ainsi qu’aux types de prestations, peut être stipulée par écrit.

A noter que le mandataire n’est pas autorisé à percevoir ou à conserver une quelconque somme d’argent, ni à effectuer une consultation juridique, ni à souscrire à des actes sous signature privée. Ces responsabilités incombent au notaire.

Les charges de fonctionnement

Si vous démarrez dans le métier de mandataire en tant qu’agent commercial…

Il est indispensable de constituer un stock financier de départ dans l’attente de vos premiers honoraires, période qui peut osciller entre 3 et 6 mois, selon votre expérience dans l’immobilier. Votre réserve financière devra vous permettre de prendre en charge toutes les dépenses inhérentes à votre activité, ainsi que vos frais personnels.

Le montant de vos charges s’élève en général à 31% de votre revenu brut (45% du revenu net), sur une base forfaitaire lors des 2 premières années d’exercice.

Il faut notamment compter dans vos charges :

• L’amortissement de votre véhicule de travail, les dépenses de carburant ainsi qu’une assurance prenant en charge vos déplacements professionnels (mensuellement compris entre 150 et 400 euros)

• Les cotisations d’assurance responsabilité civile professionnelle, pouvant atteindre 300 euros par an

• Les dépenses de communication : connexion Internet et appels téléphoniques, s’élevant généralement à 100 euros par mois, si votre réseau n’offre pas de prises en charge

Les revenus d’un agent commercial sont compris entre 55 et 60% de sa facturation hors taxes.

Si vous démarrez dans le métier de mandataire en portage salarial…

Si vous optez pour le statut de portage salarial, vous bénéficiez du statut de salarié et des avantages correspondants. Vous n’avez donc pas de charges de travailleur indépendant à payer (d’avance, peu importe qu’il y ait rentrée d’argent ou non). La société de portage salarial déduit uniquement de votre facturation hors taxes un pourcentage de frais de gestion, environ 10%, et 40% de charges sociales et patronales dues au titre de votre activité.

Au contraire de l’agent commercial, le négociateur en portage salarial a nul besoin de comptable, il est couvert par de nombreuses assurances dont la garantie financière et la Responsabilité civile professionnelle n’engageant pas son patrimoine. Il est, de plus, déchargé de toute la partie administrative liée à son activité, géré directement par la société de portage salarial qui peut également intégrer ses frais professionnels, un avantage non négligeable quand on devient mandataire immobilier.

Les revenus d’un mandataire en portage salarial sont compris entre 46 et 54%.