NAVIGATION
photo de Léa Sanz

Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Léa Sanz, Responsable partenariat chez Advantim. Passionnée par l’immobilier, elle a décidé de nous faire partager les projets à venir.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour à tous, je me présente, je suis Léa Sanz. J’ai toujours travaillé dans le domaine de l’immobilier. J’ai fait une formation dans le bâtiment puis j’ai travaillé dans des cabinets d’architectes.

Ensuite j’ai collaboré avec des promoteurs. Et enfin, j’ai intégré le groupe Advantim – Centralia en mai 2014.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur Advantim ?

À l’origine, le groupe Advantim Aquitaine qui proposait une activité de gestion de biens immobiliers et syndic, s’est associé avec notre dirigeant actuel Vincent Jumaucourt en 2013, pour créer le groupe Advantim.

Le but de cette entreprise est de nous associer en tant que commercialisateur et service ADV à des promoteurs qui n’ont pas de force commerciale en interne.

Nos principales activités sont de commercialiser les programmes, gérer le suivi administratif et les T.M.A et les assister lors des livraisons.

Aujourd’hui, pour aller plus loin, on accompagne des promoteurs dans la mise en place et le développement d’un projet : estimation de la surface, mise de prix, typologies, implantation du bâtiment…

Comment avez-vous connu le portage salarial ?

Nous sommes en partenariat avec FCI Immobilier depuis quelques temps, nous nous contactons régulièrement pour notre force de vente bordelaise. Tout a démarré à Bordeaux mais le projet s’est développé sur la côte basque, à Toulouse ainsi que à Paris. On propose des mandats de délégation pour commercialiser les programmes en exclusivités.

Comment voyez-vous l’évolution du marché immobilier dans les temps à venir ?

Ici, à Bordeaux, nous avons quelques axes d’amélioration par rapport à Toulouse ou encore à Paris.

L’avantage de Bordeaux est que les prix immobiliers des bâtiments neufs sont sensiblement les mêmes que les prix des bâtiments anciens. Tandis que dans la ville dite rose (Toulouse) ou encore la capitale, les prix entre le neuf et l’ancien ont un gros décalage.

Comment gérez-vous la forte concurrence au sein des réseaux immobiliers, physiques et internet ?

Nous arrivons à nous distinguer car nous travaillons en amont avec les promoteurs. On a une volonté d’accompagnement :

« Nous n’hésitons pas à passer deux ans avec un promoteur avant le lancement commercial d’un projet. »

Nous avons deux stratégies de communication, l’une est ciblé sur le print l’autre sur les réseaux sociaux comme LinkedIn, Facebook et Twitter.

D’après votre expérience professionnelle, quelles sont les qualités à avoir pour réussir dans l’immobilier ?

Selon moi, les qualités principales sont l’écoute et l’observation.

Le client est placé au cœur de notre métier. Nous réalisons régulièrement des études et des veilles pour comprendre notre marché et notre secteur.

Un dernier mot pour les négociateurs qui souhaiteraient rejoindre Advantim ?

La majorité de nos commerciaux sont plutôt jeunes et dynamiques. La prise de décisions se fait très rapidement afin d’intégrer les nouveaux collaborateurs et les former à notre culture d’entreprise. Nous travaillons de manière à anticiper les intégrations avec les différents promoteurs afin d’assurer fluidité et rapidité.


Tous les témoignages