NAVIGATION
Attente des français dans l'immobilier neuf après la crise sanitaire

Les crises, de quelques natures qu’elles soient, finissent toujours par impacter le secteur de l’immobilier. Ainsi, l’épidémie du Coronavirus n’a pas dérogé à la règle et ses conséquences sur l’immobilier neuf sont multiples. Vous êtes un professionnel de l’immobilier et souhaitez identifier les nouvelles attentes des Français concernant l’immobilier neuf ? Notre article fait le point sur les modifications provoquées par la crise sanitaire sur le secteur de l’immobilier en France.

Les effets des confinements en France

La crise sanitaire s’est accompagnée de restrictions de déplacements et de fermetures de lieux de loisirs. Le quotidien de nombreux Français a été bouleversé et le temps passé à son domicile a considérablement augmenté.

Les restrictions de déplacements ont laissé entrevoir de profondes mutations dans le secteur de l’immobilier. De nombreux spécialistes tablaient sur une attractivité nouvelle des constructions de maison en zone périphérique ou rurale. Les confinements dans les métropoles ont mis en lumière le manque d’espace dans certains logements. De nombreux couples ou familles veulent désormais privilégier un habitat confortable et agréable.

Enfin, le déploiement du télétravail a, lui aussi, questionné sur les évolutions immobilières. Certaines entreprises profitent de cette nouvelle manière de travailler pour réduire au maximum leurs bureaux physiques. Les salariés peuvent alors s’installer où ils le souhaitent pour exercer leur métier à distance. Dans ce contexte, les métropoles n’apparaissent pas comme le premier des choix.

Le marché du neuf représente, à ce titre, un sérieux enjeu. En effet, la crise sanitaire a ralenti les constructions, notamment durant le confinement du printemps 2020. Par ailleurs, les municipalités n’ont pas délivré beaucoup de permis de construire sur l’année 2020 aggravant la tension sur ce marché. Les prix du neuf risquent d’augmenter fortement, pénalisant principalement les primo-accédants.

Toutefois, il s’agit de s’interroger afin de savoir si ces évolutions vont se pérenniser dans le temps et d’observer les tendances en cours sur l’immobilier neuf.

Qu’est-ce qu’un logement neuf ?

Il convient de rappeler qu’un logement est considéré comme neuf si sa construction ne date pas de plus de 5 ans. Les immeubles plus anciens qui ont subi des travaux importants (création d’un ou plusieurs niveaux supplémentaires ou remise à un état neuf) peuvent également entrer dans le champ des logements neufs. Cette définition est encadrée par l’article 257 du Code Général des Impôts.

Les chiffres de l’immobilier neuf

Avant d’aborder les multiples évolutions provoquées par la crise sanitaire, il est nécessaire de réaliser un état des lieux chiffré de l’immobilier neuf en France.

Les ventes de logements neufs se sont établies, en France et en moyenne en 2019, à plus de 41 500 unités par trimestre. Cela représente plus de 166 000 unités de logements neufs vendues sur l’année entière. En 2020, la moyenne trimestrielle des ventes de logements neufs est descendue aux alentours de 27 300 unités.

Par ailleurs, l’année 2021 est marquée par une hausse de la demande en biens neufs. Les futurs acquéreurs sont de plus en plus nombreux à rechercher du neuf pour leurs achats. La volonté de disposer d’un habitat conforme à tous ses besoins joue beaucoup dans ce chiffre.

Immobilier neuf : quelles tendances en 2021-2022 ?

Les attentes des Français par rapport à l’immobilier neuf ne concernent pas uniquement la surface ou la localisation du bien. D’autres critères entrent désormais en ligne de compte et sont la conséquence de la crise sanitaire.

Les modélisations en 3D

Les constructions neuves sont l’occasion, pour les futurs acquéreurs, de participer à la modélisation de certaines pièces. Ainsi, le séjour comme la cuisine sont des espaces particulièrement choisis pour les plans en 3D.

Les plans en 3D vont permettre aux futurs occupants d’un bien immobilier de mieux se projeter. Ils vont pouvoir personnaliser l’organisation de leur intérieur. La volonté de participation est plus grande et peut porter sur le choix des équipements, des matériaux ou des revêtements de sols.

L’agencement des espaces de vie

Comme nous l’avons vu, la situation actuelle peut obliger les Français à vivre la majorité de la journée à leur domicile. Dès lors, l’immobilier neuf doit prévoir un espace de bureau pour pouvoir organiser, sans difficulté, une activité en télétravail.

Les espaces extérieurs deviennent aussi très importants. Ils sont perçus comme des espaces de détente après une journée en télétravail. Les maisons neuves comprenant un vaste jardin sont particulièrement recherchées.

Le respect des normes

Les acquéreurs français ont des exigences très fortes en matière d’isolation des biens, qu’il s’agisse de l’isolation thermique ou phonique. Dès lors, les biens immobiliers neufs apparaissent comme le meilleur choix, en raison du respect obligatoire des normes (avec le RT 2020) que les constructeurs doivent suivre.

Acheter un bien immobilier neuf est donc l’occasion d’accéder à un logement performant et confortable. Par ailleurs, les aides et crédits d’impôt sont souvent possibles et conséquents pour ce type de projet. Ce sont autant de motifs qui viennent conforter la place des biens neufs dans les préférences de recherche des potentiels acquéreurs.

Les travaux à réaliser

Les futurs acquéreurs veulent, souvent, entrer rapidement dans leur nouvel habitat et que celui-ci soit pleinement opérationnel. La crise sanitaire a rendu les acquéreurs impatients. En effet, on n’achète plus seulement des maisons pour sa résidence secondaire ou pour sa retraite. L’achat d’une maison peut se faire pour venir y habiter dans un avenir très proche.

Les potentiels acheteurs craignent donc souvent les vices cachés des maisons anciennes. Le recours à des constructions neuves (qui peuvent dater de presque 5 ans) est donc privilégié. Les travaux sont, dans ce contexte, moins importants, voire inexistants. La garantie décennale vient aussi conforter la protection des acquéreurs de biens neufs.

En conclusion

L’étude des nouvelles attentes des Français tend à démontrer le besoin de participation et d’appropriation de son nouveau logement. Dans ce contexte, l’immobilier neuf où tout l’intérieur reste modulable selon ses envies attire.

Toutefois, la crise sanitaire a donné un coup de frein aux constructions, ce qui provoque une raréfaction des biens neufs. Dans ce contexte, les spécialistes s’attendent à une augmentation réelle des prix sous l’effet de la hausse de la demande couplée à une baisse de l’offre.


Toutes les actualités